Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Cryptogramme de la Buse

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Cryptogramme de la Buse

    Salut à tous !

    Je créer se topic car il y a quelques temps de ça je m'étais intéressé au cryptogramme de la Buse
    Bon pour la première partie il parait évident (quoi que on sait jamais) que l'alphabet templier a été utilisé.
    Si on croit à cette hypothèse on en vient à ça :

    Code:
    APRE J ME A UNE PAIRE DE PIJON TIRE SKET
    
    2 DOEURS QE SE A J TETE CHEVAL F UNE KORT
    
    F ILT T IN SHIEN TEU PRENE A UNE CULLIERE
    
    DE MIEL LE E  FO V TE FOUSSE N FAITE S UNE ONGAT
    
    METTE ONGAT SUR KE PATAIE DE LA PERTOT OITOU SN
    
    V PULE ONGAT OL VS PRENE A 2 LE T CASSE
    
    SUR LE CHEMIN IL FAUT QCEUT TOIT A NOI TIE COUVE
    
    POUR ENPECGE UNE FEMME DH RENG T VOUS NAVE
    
    RVA VOUS SERER LA  DOBAUC GEA ET POUR VENGRAAI
    
    ET PORE PINGLE OU EIUI LE TURLORE
    
    IL J NOUR LAIRE PITER UN CHIEN TURQ UN LE NENDE
    
    QAMER DE BIEN TE C JE ET SUR R UN VOV LE NQUIL NI
    
    SEIUD FKU UNE FEMMR QI VEUT SE FAIRE DU NH MET SE
    
    DETE SUD RE DANS DU UI O OU QN DORMIR UN HOMMRE
    
    SSCFVMM/PL FAUT N RENDRE UDL QU UN DIF FURQE
    Alors, argo pirate, cryptage "inconnu" ..etc

    Bref je n'en sais foutrement rien. Il paraîtrait que se crypto mène à un trésor. Donc à vos marque, prêt ? PARTEZ !

    [EDIT]

    Je suis aussi tombé sur cette traduction(Relativement similaire) :

    Code:
    APREJMEZUNEPAIREDEPIJONTIRESKET
    2DOEURSQESEAJTETECHERALFUNEKORT
    FILTTINSHIENTECUPRENEZUNECULLIERE
    DEMIELLEEFOVTREFOUSENFAITESUNEONGAT
    METTEZSURKEPATAIEDELAPERTOTITOUSN
    _VOULEZOLVSPRENEZ2LETCASSESURLECH
    EMINILFAUTQOEUTTOITANOITIECOUUE
    POVRENPECGERUNEFEMMEDHRENGTVOUSNAVE
    QUAVOUSSERERLADOBAUCGEAETPOURVE.
    NGRAAIETPOREPINGLEOUEIUILETURLOR
    EILJNOURLAIREPITERUNCHIENTUPQUN
    LENENDEDEBIENTECJEETSURRU
    NVOVLENQUILNISEIUDFKUUNEFEMMRQ
    IVEUTSEFAIREDUNHMETSEDETESUDRE
    DANSDUUI 0 OOUQNDORMIRUNHOMMR
    ESSCFVMM/PLFAUTNRENDREUDLQ
    UUNDIFFURQECIEEFURTETLESL
    Dernière modification par Yodark, 27 décembre 2012, 22h33.
    Qui est le maître, le peintre ou le faussaire... ?

    ㅡ La solidité d'une chaine est égale à la solidité de son maillon le plus faible ㅡ

  • #2
    Je me permets de mettre le tout en forme, dis-moi si ça ne te déranges pas que j'édite ton post

    ---

    Histoire :

    Olivier Levasseur dit " la buse" :

    Olivier Levasseur dit « La Buse » (ou « La Bouche ») serait né vers 1680 à Calais, c’était un authentique pirate qui écumait l’Océan Indien. Il fut pendu haut et court le 7 juillet 1730 à 17h00 à Saint-Paul, sur l’île Bourbon (aujourd’hui île de la Réunion) pour ses crimes de piraterie.



    La légende raconte que lorsqu’il était sur l’échafaud la corde au cou, il aurait jeté un cryptogramme dans la foule en s’écriant : « Mon trésor à qui saura comprendre ! » Qui reçut le cryptogramme ? Nul ne saura le dire. Depuis ce jour, bon nombre de passionnés et de chercheurs de trésors se sont lancés sur ses traces pour retrouver son fabuleux trésor, estimé par certains à quelques millions d’euros.

    L’histoire du pirate :

    Né à la fin du XVIIe siècle, à une époque où la Royal Navy chasse les derniers pirates de la mer des Caraïbes, il est très jeune un coureur de femmes, et ce sont ces exploits de séducteur qui lui valent son surnom de La Buse.

    Il reçoit son premier navire, La Reine des Indes, par héritage paternel. Installé à bord, il croise en mer d’Oman et rançonne les paisibles navires musulmans qui se rendent en pélerinage à La Mecque. Encouragé par ces premiers forfaits, il s’attaque à des cibles plus consistantes en s’armant plus lourdement, et en utilisant pour base arrière l’île Sainte-Marie, au large de Madagascar. Il s’associe alors avec le pirate anglais John Taylor, également basé dans cette île.

    Durant le mois d’avril 1721, les deux associés s’emparent de La Vierge du Cap, un riche vaisseau portugais de 72 canons qui cherchait refuge à Saint-Denis à Bourbon suite aux tempêtes qui se déchainaient dans l’océan. Le vaisseau transportait le comte Ericeira, vice-roi des Indes Orientales Portugaises et l’archevêque de Goa. La Buse et Taylor n’exigèrent pas de rançon au vice-roi mais gardèrent la cargaison en butin : rivières de diamants, bijoux, perles, barres d’or et d’argent, meubles, tissu, vases sacrés et cassettes de pierres précieuses, un trésor que les historiens estiment à quatre millions et demi d’euros.

    La Vierge du Cap, retapée et rebaptisée « Le Victorieux », devint le vaisseau de La Buse. Pourchassé par un pavillon commandé par Duguay-Trouin, Taylor s’enfuit aux Antilles alors que La Buse se retira à l’île Sainte-Marie à l’est de la côte malgache où il prit sa retraite en profitant de la charte de clémence offerte par le Roi de France aux Flibustiers. Mais il se ménagea longtemps avant de se soumettre à cette charte : il restitua les vases sacrés, mais ne put se résoudre à rendre le reste du butin, condition sine qua non de la clémence du Roi. Un temps, quatre ans après sa prise, il tenta même d’acheter le gouverneur Antoine Desforges-Boucher, mais le plan échoua suite à l’assassinat mystérieux de l’émissaire de celui-ci.

    Vers 1729, il exerçait le métier de pilote dans la baie d’Antongil, à Madagascar, il offrit ses services au vaisseau « La Méduse », de la Compagnie des Indes, qui souhaitait entrer dans le port. Le capitaine d’Hermitte, commandant de bord, le reconnut comme celui qui avait plusieurs fois arraisonné des navires de sa compagnie. Il fut arrêté et conduit à l’île Bourbon pour y être jugé. Là, il refuse de parler au nouveau gouverneur, Pierre-Benoît Dumas.

    À l’issue de son procès, en traversant le pont qui enjambe à la Ravine à Malheur, il lâche à ses gardiens : « avec ce que j’ai caché ici, je pourrais acheter toute l’île. »

    Tombe de La Buse au cimetière marin de Saint-Paul, à la Réunion.

    Voici un extrait du jugement, daté du 7 juillet 1730 :

    Voeu par le Conseil le procès criminel extraordinairement fait et instruit à la requête et diligence du Procureur du Roy, demandeur et accusateur, contre Olivier Levasseur surnommé La Buse, accusé du crime de piraterie [...]. Le Conseil l’a condamné et condamne à faire amande honorable devant la principale porte de l’église de cette paroisse, nu en chemise, la corde au col et tenant en sa main une torche ardente du poids de deux livres, pour là, dire et déclarer à haute et intelligible voix que méchamment et témérairement il a fait pendant plusieurs années le métier de forban, dont il se repent et demande pardon à Dieu, au Roy. [...] Exécuté à cinq heures du soir le sept juillet mil sept cent trente.

    Signé Chassin - Dumas - Villarmoy - G. Dumas - de Lanux

    La chasse au trésor :

    La chasse au trésor commence vers 1923 sur l’île de Mahé au sud des Seychelles, dans un terrain au bord de la mer appartenant à une certaine Madame Savy. Cette dame découvrit un jour des pierres sculptées sur le bord de la mer, et en inspectant les alentours elle dénicha d’autres rochers taillés de main d’homme.

    Sur ces sculptures on pouvait distinguer des messages en langage sibyllin à moitié effacés par l’usure du temps. On distinguait des représentions d’animaux : chiens, serpents, tortues, chevaux et des formes d’objet ainsi que des être humains : une urne, des cœurs, une figure de jeune femme, une tête d’homme et un œil monstrueusement ouvert.

    On avança alors l’hypothèse suivante : ces sculptures rupestres pouvaient se rattacher aux écritures idéographiques, indonésiennes et pascuanes, où l’on retrouve fréquemment le serpent et la tortue. Mais pour le reste un point d’interrogation subsistait.

    Pour en savoir plus on effectua alors des fouilles et on découvrit près de l’œil deux cercueils contenant des restes humains en qui l’on identifia des pirates par l’anneau d’or de leur oreille gauche.

    Les idées se joignant les unes aux autres, on en vint à l’hypothèse d’un trésor. Mis au courant de cette découverte, un notaire de l’île se présenta à Madame Savy en lui déclarant qu’il avait en sa possession des documents concernant un trésor enfoui dans une île de l’océan Indien et il était certain que la localisation du trésor ne soit possible qu’en confrontant les documents qu’il possédait et les signes figurant sur les sculptures.

    Malheureusement, ce problème était bien plus difficile à résoudre que ce que le notaire avait cru.

    Ses archives étaient composées d’un cryptogramme dont le déchiffrement ne pouvait s’effectuer qu’à partir des Clavicules de Salomon, de deux lettres autographes, d’un testament et de documents rédigés en rébus ou du moins en écriture initiatique qui pouvait être mis en relation avec le symbolisme maçonnique.

    Ces documents affirmaient explicitement l’existence d’un trésor (voir de plusieurs) localisé sur une île dans l’Océan Indien. Cependant le nom de cette île aux trésors n’était mentionné nulle part. Ce qui laissait libre cours aux spéculations les plus hasardeuses.

    La preuve d’un lien logique entre les différents documents du notaire n’était pas pleinement évidente. Malgré cela, la tradition rattacha le fabuleux trésor de la Buse à celui de Nagéon de L’Estang dit « Le Butin » en émettant l’hypothèse que les deux trésors ne formaient peut être qu’un, par voie de succession et de vol.

    Le Cryptogramme de La Buse :



    Ce message semble être écrit dans un alphabet de type « Chiffre Pig Pen » (parc à cochons) qui est simplement une substitution monoalphabétique ayant perduré durant des siècles sous des formes variées. Ce mode de chiffrement était notamment utilisé par les Templiers.



    Le déchiffrement du cryptogramme donne le résultat suivant qui reste relativement hermétique :

    Code:
    APRE J ME A UNE PAIRE DE PIJON TIRE SKET
    
    2 DOEURS QE SE A J TETE CHEVAL F UNE KORT
    
    F ILT T IN SHIEN TEU PRENE A UNE CULLIERE
    
    DE MIEL LE E FO V TE FOUSSE N FAITE S UNE ONGAT
    
    METTE ONGAT SUR KE PATAIE DE LA PERTOT OITOU SN
    
    V PULE ONGAT OL VS PRENE A 2 LE T CASSE
    
    SUR LE CHEMIN IL FAUT QCEUT TOIT A NOI TIE COUVE
    
    POUR ENPECGE UNE FEMME DH RENG T VOUS NAVE
    
    RVA VOUS SERER LA DOBAUC GEA ET POUR VENGRAAI
    
    ET PORE PINGLE OU EIUI LE TURLORE
    
    IL J NOUR LAIRE PITER UN CHIEN TURQ UN LE NENDE
    
    QAMER DE BIEN TE C JE ET SUR R UN VOV LE NQUIL NI
    
    SEIUD FKU UNE FEMMR QI VEUT SE FAIRE DU NH MET SE
    
    DETE SUD RE DANS DU UI O OU QN DORMIR UN HOMMRE
    
    SSCFVMM/PL FAUT N RENDRE UDL QU UN DIF FURQE
    Les autres indices du trésor

    En 1947 l’anglais Reginald Cruise-Wilkins étudie le problème et découvre que l’affaire a une connexion avec les douze travaux d’Hercule. Jusqu’en 1970, il a cherché et creusé dans l’île des Seychelles Mahé. Dans une caverne, outre de vieux pistolets, quelques pièces de monnaie, et autres reliquats, il ne trouva rien.
    sigpic

    Cyprium Download Link

    Plus j'étudie plus j'me rends compte que je n'sais rien.

    †|

    Commentaire


    • #3
      Envoyé par Lastwissh
      Bon pour la première partie il parait évident (quoi que on sait jamais) que l'alphabet templier a été utilisé.
      Il apparait assez évident, quoique non certain, qu'un algo du type "templier/franc-maçon" (les francs-maçons ayant repris celui des templiers), cependant, je ne me suis pas penché sur la véracité des équations données. En effet, il est probable que ceux qui ont "retranscrit" le 'cryptogramme du forban' se soient trompés. C'est donc une première étape à vérifier.

      Envoyé par Lastwissh
      Alors, argo pirate, cryptage "inconnu" ..etc

      Bref je n'en sais foutrement rien. Il paraîtrait que se crypto mène à un trésor. Donc à vos marque, prêt ? PARTEZ !
      Ce que donne le décryptage fait par Charles de la Ronsière est donc "à peu près correct", mais incorrect. En effet, à moins qu'il y ait deux algos, il s'est trompé à l'étape 1.

      Ce que suppose son résultat est :

      1. chiffre pig pen
      2. substitution mono-alpha

      Mais c'est bien l'une, puis l'autre (c'est donc deux subst mono-alpha imbriquées).

      Il y a donc deux pistes :

      • Soit il s'est trompé à l'étape 1, et la revoir apporterait (éventuellement) la solution directement - ou tout du moins une autre piste ;
      • Soit il ne s'est pas trompé à l'étape 1 et il y a bien 2 formes de substitutions.

      On ne peut pencher pour l'une ou pour l'autre (piste), sans avoir mis le nez dedans.

      Il y a cependant d'autres variables à prendre en considération :

      • Le français de l'époque n'était pas le même qu'aujourd'hui. Un travail de recherche historique sur la langue française parlée (et écrite) par le peuple (et non par la Cour).
      • Un argot éventuel "de forban". En effet, le fait qu'il ait tant voyagé et qu'il mourut à 50 ans tend à croire que son langage (parlé et écrit) se soit "modifié" au fil de ses rencontres très loin de la France.
      • ...

      Une autre piste :

      En 1947 l'anglais Reginald Cruise-Wilkins étudie le problème et croit découvrir que l'affaire a une connexion avec les douze travaux d'Hercule (supposant que La Buse avait une bonne connaissance de la mythologie grecque et de la bible). Jusqu'en 1970, il a cherché et creusé dans l'île des Seychelles Mahé. Il trouva dans une caverne de vieux pistolets, quelques pièces de monnaie et d'autres reliquats, mais pas de trésor.

      Or, l'île Mahé (où est supposé reposer le 'trésor') a été découverte le 21 décembre 1742 par le capitaine Lazare Picault, commandant de deux navires en mission de reconnaissance pour la Compagnie française des Indes orientales. Or comme nous le savons, La Buse a été pendu en 1730.

      Pourquoi donc Reginald Cruise-Wilkins s'est penché sur cette île des Seychelles ?

      - - -

      Enfin bref, après plusieurs déchiffrements par substitution mono-alphabétique, je ne peux pour le moment que dire avoir déjà vu ce type "d'avancement" dans le déchiffrement. C'est-à-dire que "on y est presque", mais "on y est pas". Et dans ces moments là, soit :

      • On est tout près de trouver le résultat final (quelques minutes)
      • On s'est complètement planté et on tente de substituer de mauvaises données précédemment mal substituées (donc on peut tourner en rond longtemps).

      Pour conclure, je dirais que (peut-être me trompé-je) les pirates n'étaient pas très éduqués ou reconnus pour leur intellect (faut se pencher sur la vie de La Buse). Il était marin, donc le bonhomme n'a pas dû faire de la crypto toute sa life. Du coup, je le vois mal imbriquer 2 algos. L'hypothèse des 2 algos n'est pas à écarter, mais bon... je le testerai en second.

      Pour finir, je dirais que, bien sûr, se prendre la tête sur un truc du genre peut paraître totalement useless. Cependant, outre le fait que ce soit toujours intéressant de se pencher sur des "énigmes", je trouve assez intriguant le fait que cette lettre soit disant jetée dans la foule juste avant sa pendaison ("tiens, jte file mon magot si tu déchiffre ma lettre" - ça ne fait pas du tout romanesque, non, du tout^^) soit cataloguée comme telle à la BNF. La BNF étant quadrillée par des historiens pointilleux depuis toujours n'ayant pour habitude de se jeter sur des histoires fantaisistes. A moins qu'ils ne se soient pas penché sur le sujet et ont décidé de laisser place à la légende, ce qui serait somme toute étonnant, bien que probable.

      --> voici ma réflexion première, sans m'être penché sur le dossier, en ayant juste effleuré le sujet. Je ne faisais que planter un début de réflexion, bien qu'il soit hasardeux à souhait
      sigpic

      Cyprium Download Link

      Plus j'étudie plus j'me rends compte que je n'sais rien.

      †|

      Commentaire


      • #4
        Merci SAKAROV d'avoir tout bien présenté (J'étais fatigué hier soir )

        Pour ma part le trésor existe bel et bien !

        À partir de cette date, le récit de Johnson correspond aux témoignages historiques conservés dans les différentes archives européennes. Le 8 avril 1720, Taylor et La Buse arrivent en rade de Saint-Denis où ils découvrent un navire en réparation, Notre Dame du Cap, navire de 800 tonneaux et de 72 canons, qui venait d'essuyer une tempête. Le vaisseau transportait Luís Carlos Inácio Xavier de Meneses, vice-roi des Indes orientales portugaises et l'archevêque de Goa. Les deux pirates le prennent d'abordage et après un âpre combat s'en rendent maîtres. La population de la ville de Saint-Denis assiste impuissante au combat depuis le rivage. La Buse et Taylor n’exigent pas de rançon du vice-roi[réf. nécessaire] mais gardent le navire ainsi que sa cargaison en butin : rivières de diamants, bijoux, perles, barres d’or et d’argent, meubles, tissu, vases sacrés et cassettes de pierres précieuses, un trésor que les historiens estiment à quatre millions et demi d'euros. On a prétendu qu'il s'agissait de la plus grosse prise de l'histoire de la piraterie océane[réf. nécessaire].
        Taylor prend le commandement du vaisseau portugais. Quelques jours plus tard, en rade de Saint-Paul, les deux capitaines pirates s'emparent du Ville d'Ostende, puis décident de faire route vers l'Île Sainte-Marie à proximité de Madagascar. Le Ville d'Ostende les précède sous équipage de prise, mais sera repris par son ancien équipage et parviendra à Mozambique puis à Goa. Après réparation de Notre Dame du Cap, Taylor et La Buse contournent Madagascar par le Sud et prennent La Duchesse de Noailles à l'ancre, probablement en baie de Saint-Augustin. Ils vont ensuite à Delagoa aujourdh'hui Maputo, où ils prennent le fort et emmènent l'hydrographe Hollandais Jacob de Bucquoy. Ils font route vers la ville de Mozambique, puis vers Madagascar.
        Ensuite les deux associés se disputent et rompent l'association, et chacun des deux pirates, avec son navire, fait route de son côté. La Buse décide de s'installer à Madagascar. Le roi de France et le gouverneur de Bourbon offrent une amnistie aux flibustiers qui renonceraient à la piraterie et qui s'installeraient à Bourbon. Il semble que La Buse réponde à cette proposition, mais pas totalement notamment en n'allant pas à Bourbon, mais en restant à Ste Marie, même s'il ne commet plus d'acte de piraterie.
        Dixit Wikipédia

        Ensuite La Buse est allé à Madagascar.

        Je sais pas si le cryptogramme a une quelconque valeur mais pour le savoir il faut le décrypter...

        Je pense qu'il était relativement cultivé (il s'avait lire et écrire ..et compter peut-être ^^)

        Ça n'empêche pas qu'il eut parlé un argo'

        Le jour de sa pendaison il aurait dit (approximativement && de mémoire) à un garde "avec ce que j'ai caché ici (île de la réunion anciennement l’île bourbon) je pourrais acheter cette île"

        Puis jeta sont crypto en disant "Mon trésor à qui saura comprendre ! "

        Certes d'apparence romanesque MAIS est-ce si improbable ? J'aurais fait la même chose que lui. Repenti puis "Trahi", son butin allait passer aux oubliettes à tout jamais !

        Trois hypothèses parmi d'autres qui me semblent les plus probables :

        L’Île de La Réunion, de Sainte-Marie et Madagascar

        N'oublions pas que La Buse était un marin, donc son crypto peut être interprété avec différents niveaux de lecture.

        Puis les gars..Une chose est sûr : quatre millions et demi d'euros se trouve encore très probablement dans la nature 8D [BAVE]
        Qui est le maître, le peintre ou le faussaire... ?

        ㅡ La solidité d'une chaine est égale à la solidité de son maillon le plus faible ㅡ

        Commentaire


        • #5
          Y'en a qui on quand même pas mal creusé. Voici un article qui plante bien le décor :

          http://www.pirates-corsaires.com/levasseur-la-buse.htm

          Puis, sur un forum, une discussion avec 2 membres qui ont l'air intéressants :

          http://www.bibmath.net/forums/viewtopic.php?id=4012

          Salut a tous et toute je viens tous juste de comprendre le raisonnement de la buse .Voici un extrais:
          "offrir une korne d or a une femme amoureuse"
          "des hommes étaient la pour faire les tracés"
          Le reste c'est pour moi.
          http://yfrog.com/n1lenumro21j
          Je pense qu'il ce cache ici.
          j'ai déchiffré le cryptogramme,je suis sur de moi a 98%,si le trésor existe, qu'il na pas été déplacé,et que le cryptogramme est bien l'original.je ne traduirais pas,car si je traduis une phrase,vous pourrez traduire le reste..Et je préfère le garder pour moi et pour celui qui pourrait obtenir un permis de recherche facilement. Mais je peux vous dire qu'il est complet, avec des détailles précis de la position dans les écrits,et une carte pour qui saura comprendre et savoir relier certaine lettres.En espèrant que celà puisse un peu vous aider dans vos recherches.Pour le lieu du permis de recherche à celui qui aurait les bras long,je le donnerais par mail, après confirmation de votre statu ou sinon de vives voix. Je suis de marseille. cap sur madagascar..
          minilutin13 @ hotmail.fr
          mais surtout :

          Une correspondance chiffrée associée à certaines lettres existe dans le cryptogramme de la buse.Je m'étonne que de nombreux chercheurs occultent cet élément du rébus semblant à mon sens receler la clé de l'énigme.
          En effet,au A est associé le 1,au E le 2,au i le 3,au o le 4,au u le 5,au L le 6,au M le 7,au N le 8 et au R le 9.
          La clee qui donne pour le a1 e2 i3 l6 m7 n8 o4 r9 u5 sont de valeurs pour deplacer les lettres.
          Oui dans une certaine mesure.Il s'agit aussi je crois de générer des mots clés avec les lettres et leur valeur de façon à les superposer aux mots du texte.Le problème est de savoir ou sont les mots pour leur appliquer une clé,différente bien sûr pour chaque mot,puisqu'il n'y à ni césure,ni ponctuation.
          Comment savoir si le bon mot clé a été appliqué pour un certain mot du texte?L'addition "cabalistique" du mot clé et du mot trouvé donne une somme égale en horizontal,vertical et diagonal lorsqu'on les superpose.
          Elementaire mon cher ben juste en horizontal, il a fait en 2 fois , du cesar et une permutation et diviser en 9 lettre pour chaque ligne mais en l envers , il faut partir.
          Oui,commissaire Lestrade mais je ne saisi pas tout à fait vos explications.La vérification en diagonale est un peu comme la preuve que les instituteurs apprennent à leurs élèves pour confirmer le résultat d'une opération.
          Il s'agit en fait davantage de syllabes clé plus que de mots clé,bien qu'un mot clé soit constitué de syllabes clé...
          De syllabes clé parce qu'une consonne sans correspondance chiffrée vient parfois interrompre une succession de lettres à correspondance numérique.
          Si les a=1 e=2 i=3 o=4 u =5 et l=6 m=7 n=8 et r=9 et que l'emplacement se trouverait dans l’hémisphère sud entre l'Afrique et les îles chagos.
          1/Qu'a l’époque il y a trois siècles on ne connaissait avec précision que les latitudes.
          2/Si il y a des chiffres cachés dans le cryptogramme c'est qu'il s'agirait peut être de latitude.
          3/que les latitudes a ce niveau sont entre 0° et disons 34° de latitude Sud.
          Cela peut vouloir dire que le premier chiffre est:
          obligatoirement:
          une voyelle
          que le deuxième chiffre est a 66% une voyelle est a 33% une consonne.
          que le troisieme est obligatoirement une voyelle.
          et que le quatrieme est a 50% une voyelle et 50% une consonne.
          si le cryptogramme comporte une suite de voyelles , la probabilité est peut être plus grande de trouver des coordonnées.
          Rien à prendre au sérieux, mais ça reste des idées.

          Quant à son jargon, il peut être à la fois picard/ch'ti, ou créole... mais ce sont à chaque fois des dialectes du 17e siècle. Donc déjà que le patois c'est tendu, mais d'il y a plus de 300 ans...
          sigpic

          Cyprium Download Link

          Plus j'étudie plus j'me rends compte que je n'sais rien.

          †|

          Commentaire


          • #6
            Dans le livre de Dan Brown "Le symbole perdu", il parle d'un code tout autre de déchiffrement.
            D'ailleurs beaucoup plus simple à retenir
            Mais c'est possible effectivement de modifier l'emplacement des lettres, le pirate à du réutiliser ce codage millénaire.

            Code:
               |   |   
               |   |     A | B | C
            ___|___|___
               |   |   
               |   |     D | E | F
            ___|___|___
               |   |   
               |   |     G | H | I
               |   |   
            
               |   |   
             . | . | .  J | K | L
            ___|___|___
               |   |   
             . | . | .  M | N | O
            ___|___|___
               |   |   
             . | . | .  P | Q | R
               |   |   
            
            \       /
             \     /   S
              \   /  
               \_/     T | U
               / \   
              /   \  
             /     \   V
            /       \
            
            \       /
             \  .  /   W
              \   /  
            .  \_/  .  X | Y
               / \   
              /   \  
             /  .  \   Z
            /       \
            Dernière modification par Yarflam, 21 février 2013, 09h13.
            ~ Yarflam ~

            ❉ L'Univers se dirige vers son ultime perfection ❉

            Commentaire


            • #7
              @Yarflam Oui ça s’appelle l'alphabet templier. Très bon bouquin, un Best seller qui vaut le coup d'oeil !
              Qui est le maître, le peintre ou le faussaire... ?

              ㅡ La solidité d'une chaine est égale à la solidité de son maillon le plus faible ㅡ

              Commentaire


              • #8
                bonjours ce ci vous intéressera mon forum :http://www.kryptos.fr/forum/index.ph...ef4b1428e860be .
                j ai pas tous dévoilé .Alphabet des franc maçonnerie et non templier

                Commentaire

                Chargement...
                X